• messenger
  • Questions-Réponses
  • Nous contacter
  • Rechercher
Close

SOTOZEN-NET > Bibliothèque > Sermons > Avril - Assemblée de l'anniversaire de Bouddha par Issho Fujita

Sermons

Avril - Assemblée de l'anniversaire de Bouddha par Issho Fujita

Le Maître zen Daichi (1289-1366) a écrit un vers intitulé « Anniversaire de Bouddha ». Il a probablement été composé comme un « Kogo », ou phrases d'encens pour l'assemblée de l'anniversaire du Bouddha, ce que nous appelons « Butsu Gotan-e ».

« A Jambudvipa, il y a quatre-vingt-quatre mille châteaux. Une grande paix est créée sans utiliser d'armes comme des épées et des boucliers.
Nous capturons Gautama, un voleur en plein jour, vivant. Nous ne nous tracassons pas à le frapper avec un bâton, comme l'a dit une fois Unmon ».

Dans la cosmologie indienne, Jambudvipa est considéré comme un monde humain.

On dit qu'il est rempli de 84000 désirs terrestres qui nous font souffrir. Ces désirs terrestres sont comparés à des « châteaux » dans ce vers. Nous tendons à croire que notre pratique est d'attaquer et de détruire ces châteaux, en croyant que nous ne pouvons jamais atteindre l'éveil sauf si nous anéantissons tous les désirs terrestres.

Le Buddha est né à Jambudvipa pour nous enseigner que ce n'est pas le cas. Il nous a montré la voie pour vivre en paix sans recourir à la guerre contre les châteaux des désirs terrestres. Il n'a jamais enseigné comment inventer et utiliser des armes pour les détruire. La paix véritable n'est pas possible tant que nous comptons sur les armes.

Le maître zen chinois Unmon a une fois blâmé le Bouddha pour nous avoir dupé comme un voleur rusé en parlant d'illusion et d'illumination comme si elles existaient séparément. Alors nous avons commencé un genre de guerre spirituelle contre l'illusion, en faveur de l'illumination. Selon Unmon, Gautama a effectué des déclarations injustifiées seulement pour nous faire pratiquer et nous détourner alors que nous étions en guerre. Il a dit, « Si j'avais été là quand Gautama est né, je lui aurais donné un coup fatal pour ramener la paix dans l'esprit des gens ». (Bien sûr il loue en fait le Bouddha par l'intermédiaire d'une expression de reproche). Le maître zen Daichi dit que si seulement nous pouvons capturer le Bouddha vivant, nous n'avons pas besoin de porter le « coup d'Unmon » au Bouddha pour corriger son erreur.

Comment est-il possible de créer une grande paix sans utiliser d'armes ? Comment pouvons-nous capturer le Bouddha vivant ?

La réponse est de s'asseoir en position zazen de shikantaza. Dans le zazen nous ne combattons rien de ce qui nous arrive. Nous n'appliquons aucune méthode ou technique comme une arme pour gagner le combat. Plutôt, nous acceptons simplement et laissons se faire les choses naturellement. Zazen signifie « cesser le feu » et créer une paix profonde en nous et dans le monde.

Pendant le zazen, le « Bouddha assis » est actualisé d'une manière intense avec notre corps-esprit entier. Dans ce sens un nouveau Bouddha naît un moment après l'autre. C'est ainsi que l'on capture le Bouddha vivant.

Dans ce vers de célébration de la naissance de Bouddha, le maître zen Daichi souligne que le but de la naissance de Bouddha dans ce monde est de nous indiquer comment « apporter la paix dans notre vie sans lutter contre nos désirs terrestres ». Et il suggère que nous pratiquions et réalisions cela par l'intermédiaire du zazen par lequel nous « capturons le Bouddha vivant ». En tant que sixième descendant de la tradition Soto zen (Eihei Dogen--Koun Ejo--Tettsu Gikai--Keizan Jokin--Meiho Sotetsu--Gida Daichi), il essaie d'exprimer ce qu'est le zazen en décrivant la signification de la naissance du Bouddha.

Dans notre tradition Soto, nous effectuons l'assemblée de l'anniversaire de Bouddha le 8 avril pour commémorer son anniversaire. Elle est parfois appelée « Hanamatsuri », ce qui signifie « festival des fleurs », parce qu'il est né dans le jardin fleuri à Lumbini. En plus d'effectuer un rituel solennel et la psalmodie de soutras, les gens versent aussi du ama-cha (un thé préparé à partir d'une variété d'hortensia) sur une petite statue de Bouddha bébé debout dans un pavillon dont le toit est décoré de fleurs. C'est aussi l'occasion de nous souvenir combien nous sommes chanceux de naître dans ce monde en tant qu'être humain, parce que nous pouvons bénéficier des formidables enseignements et pratiques prodigués par le Bouddha.