• messenger
  • Questions-Réponses
  • Nous contacter
  • Rechercher
Close

SOTOZEN-NET > Bibliothèque > Sermons > Janvier - La bienvenue de l'An nouveau par Issho Fujita

Sermons

Janvier - La bienvenue de l'An nouveau par Issho Fujita

Bonne année à tous!
J'espère qu'en cette année nouvelle vous êtes heureux et en bonne santé. Comment avez-vous commencé cette toute nouvelle année ?
Dans la tradition Soto, nous célébrons le jour du nouvel an dans des monastères de formation, au Japon, en exécutant des cérémonies comme Saicho Ninji (les salutations matinales du jour de l'An), Gakyaku Settai (la réception des visiteurs), Tendoku Daihannya (cérémonial de lecture du soûtra de la perfection de la sagesse suprême). Dans le Saicho Ninji, les chiji (les serviteurs) et les choshu (préfets) adressentà l'unisson des félicitations officielles à l'abbé, en disant :

Ce jour du renouvellement de l'année est une occasion propice: nous exprimons humblement nos félicitations.
Ces jours le temps est extrêmement froid: avec notre considération respectueuse pour vous, nous désirons savoir si tout va bien.

En ce moment de bienvenue de l'An nouveau, nous devrions examiner en profondeur le sens de « ce jour du renouvellement de l'année est une occasion propice ». Je me souviens ici de l'un de nos versets intitulé Gantan (le jour de l'an).

Si quelqu'un me demande, « quel est le Dharma de l'année du Boudha ? »
Je me ferai clairement entendre et je dirai, « il n'existe pas de mots pour vous le dire. »
Lorsqu'une nouvelle année arrive, le vrai visage du printemps se révèle partout autour de nous.
Regardez la prune de décembre s'épanouir grâce aux vents printaniers qui ont soufflés (rien n'est caché. Il n'est pas besoin des mots).

La nature propice de chaque nouvelle année tient au sentiment de renouveau et de fraîcheur lorsque nous accueillons le début d'une toute nouvelle année. Mais dans la philosophie Zen, ne devrions – nous pas vivre chaque jour, comme s'il s'agissait d'un nouveau jour de l'An? Nous mangeons nos repas tous les jours, nous devrions manger chaque repas avec une attitude totalement nouvelle, comme si c'était le premier (et le dernier) que nous prenions dans notre vie. Nous nous asseyons en zazen tous les jours. Mais nous devrions nous asssoir en zazen, à chaque fois, comme s'il s'agissait de la première fois de notre vie. Si nous prenons l'habitude de nous assoir en zazen et que nous perdons la fraîcheur de notre attitude, cela n'est plus une pratique. Cela devient simplement « un travail de routine ».
Donc le « Dharma de l'An nouveau du Buddha » est le bouddhisme vécu chaque jour et quotidiennement comme si c'était un jour de l'An. Lorsque chaque jour est un jour favorable, toute notre vie devient propice et elle est sujette à des félicitations. Il ne s'agit pas uniquement du jour de l'An qui est propice, mais aussi chaque jour. Il est vraiment aussi propice que chaque jour peut l'être.

Nous approchons chaque jour comme étant un jour nouveau. C'est une bonne façon de vivre dans un monde instable. Tout est en mouvement constant: cela ne s'arrête jamais. Nous ne serons jamais capables de vivre à nouveau de la même manière. Chaque jour est le premier et le dernier pour nous. Nous devons être capable de réinventer notre propre « AUJOURD'HUI » sans limitations ni répétitions. Instant après instant nous devrions être à même de nous renouveler et de produire de nous-mêmes un « nouvel An »
Il s'agit de l'un des Dogen Zenji's Jodo (discours de la salle du Dharma) le premier jour de l'année à partir de l'Eihei Koroku (le volumineux dossier du Dogen);

C'est aujourd'hui le début de l'An nouveau [1241], et c'est aussi le jour des trois matins. Je dis trois matins, car il s'agit du début de l'année, de celui du mois et enfin celui du jour.
Voici l'histoire. Un moine a demandé à Jingqing Daofu, « est-ce le Dharma du Buddha au début de l'année nouvelle ou pas ? »
Jingqing répondit, « c'est ».
Le moine demanda, « quel est le Dharma du Buddha au début de l'année? »
Jingqing répondit, « le nouvel an commence par une bénédiction, puis dix mille choses sont totalement nouvelles. »
Le moine dit, « merci, professeur, pour votre réponse. »
Jingqing répondit, « ce moine a perdu l'avantage aujourd'hui. »
Un moine a demandé à Mingjiao Zhimen Shikuan, « existe-t-il un Dharma du Bouddha
Au début du jour de l'an, ou pas? »
Mingjiao a répondu, « il n'y en a pas. »
Le moins a dit, « chaque année est une bonne année, chaque jour est un bon jour; pourquoi n'existe-t-il pas [de Dharma du Bouddha au début de l'An nouveau] ? »
Mingjiao répondit, « le vieil hommeZhang boit, et le vieil homme Li se soûle. »
Le moine répondit, « Noble frère aîné, [vous êtes comme ]la tête d'un dragon et la queue d'un serpent. »
Mingjiao said, « ce vieux moine a perdu aujourd'hui l'avantage. »
Le professeur Dogen dit: [les deux professeurs] disent la même chose, « ce vieux moins a perdu aujourd'hui l'avantage. »
A l'écoute d'une telle histoire de nombreuses personnes disent, « ce sont de bonnes histoires qui parlent de [professeurs] perdant l'avantage [dans un dialogue]. « Ce moine de la montagne [Dogen] n'est pas obligé d'être d'accord avec tout. De plus, Jingqing et Mingjiao parlent d'une perte, mais ils ne voient pas l'acquis. Supposez que quelqu'un allait me demander, Kosho, existe-t-il ou non un Dharma du Buddha au début de l'An nouveau.
Je leur dirai : 'Il y en a un.
Supposez que le moine ait répondu, « quel est le Dharma du Buddha au début de l'An nouveau? »
Ce moine de la montagne lui aurait répondu, « puisse tout un chacun, qu'il reste immobile ou qu'il se tienne debout, recevoir dix mille bénédictions. »
Supposez que le moine ait dit, « dans ce cas, conformément à ce dicton, je vais m'exercer'
Ce moine de la montagne lui dirai: Moi, Kosho, j'ai aujourd'hui avantage sur avantage.
Maintenant s'il- vous- plait exerçons-nous.

[traduction par Taigen Dan Leighton & Shohaku Okumura]

Je voudrai méditer sur cet exposé Dogen zharma du zenji sur « le Dharma du Buddha au début de l'A nouveau. »

Dans cette année, pourquoi ne faisons-nous pas un effort sincère pour enrichir et renouveler l'ancien Dharma éternel du Buddha (« la prune de décembre ») afin que les bourgeons éclosent sous une forme totalement nouvelle en cette année 2012 !