• messenger
  • Questions-Réponses
  • Nous contacter
  • Rechercher
Close

SOTOZEN-NET > Pratique > Calendrier d'évènements Soto Zen > Automne > Higan-e, Ryosoki, Darumaki

Higan-e, Ryosoki, Darumaki

La cérémonie d'équinoxe (Higan-e) en mars et septembre

La cérémonie d'équinoxe (Higan-e) en mars et septembre Un proverbe japonais dit : « La chaleur et le froid durent jusqu'à l'équinoxe. » Cette très longue cérémonie a lieu aux équinoxes de printemps et d'automne, au milieu d'une semaine importante où le temps est généralement très beau.

Higan est un enseignement qui permet de passer d'un monde plein d'illusions au monde de l'éveil. Cet enseignement est composé de six éléments : le don, les préceptes, la persévérance, la diligence, le zazen et la sagesse. Celui qui pratique au mieux ces six éléments connaîtra le bonheur et la chance.

Le jour précédent Higan, la coutume veut que l'on nettoie l'autel du Bouddha dans les maisons japonaises, que l'on range les divers instruments bouddhiques, et renouvelle les fleurs de l'autel. Selon la coutume, on offre également des boulettes de riz le premier jour de la semaine et le jour de l'équinoxe (au milieu de cette semaine), on offre des boulettes de riz recouvertes de pâte de haricots appelées ohagi ou botamochi. Puis, une nouvelle fois, en fin de semaine, on offre des boulettes faites avec de la farine de riz. Durant toute cette période, on fait des offrandes de nourriture, de sucreries spéciales et de fruits.

La visite au temple

À cette période, on se rend au temple pour faire offrande au Bouddha, ainsi qu'aux ancêtres de la famille, de mochi (gâteau de riz pilé), de sucreries, fruits, etc..

C'est également au moment de Higan que l'on visite la tombe familiale pour exprimer notre gratitude aux ancêtres de la famille. C'est le bon moment si l'on habite loin du cimetière familial et que l'on ne peut s'y rendre fréquemment. Higan est une bonne opportunité pour tisser une relation chaleureuse entre voisins et parents en échangeant des boulettes de riz recouvertes de pâte de haricots.

La visite à la tombe familiale

Une visite à la tombe familiale commence par le nettoyage de la pierre tombale et de toute la surface de la tombe. Il est très important de récurer les endroits qui se salissent facilement comme les petits bassins d'eau et les vases. Les vieux stupas en bois doivent être retirés et l'on en dispose selon les instructions de chaque temple. Une fois que la tombe est propre, on peut faire des offrandes de fleurs fraîches, d'encens, et d'autres choses selon les goûts des ancêtres. On demande ensuite au prêtre du temple de réciter un sutra devant la tombe. À ce moment-là, les membres de la famille doivent joindre leurs mains en une prière fervente.

Après la visite au cimetière, il convient de retirer les offrandes de nourriture. Personne n'aime retrouver des offrandes abîmées et c'est plus sain ainsi. On peut également nettoyer les tombes dont personne ne s'occupe et y faire offrande de fleurs et d'encens. Au Japon, on pense que c'est un bon moyen d'exprimer la beauté de son coeur et de son esprit.

Le service commémoratif pour Dôgen Zenji et Keizan Zenji (Ryosoki) le 29 septembre.

Dogen Zenji and Keizan Zenji

Keizan Zenji (à gauche), Dogen Zenji (à droite)

Pour les laïcs croyants de l'école Sôtô, on peut dire que Dôgen Zenji et Keizan Zenji sont, en termes de foi, comme père et mère. Dôgen Zenji est mort le 28 août 1254 à l'âge de 53 ans et Keizan Zenji le 15 août 1325 à l'âge de 58 ans. D'après le calendrier occidental, ces deux dates tombent le 29 septembre. C'est ce jour-là qu'a lieu la cérémonie appelée Ryosoki dans tous les temples sôtô, pour rendre hommage à ces deux importants patriarches.

Deux autres célébrations importantes ont lieu aux dates de naissance de Dôgen Zenji le 26 janvier et de Keizan Zenji le 23 novembre.

Le service commémoratif de Bodhidharma (Darumaki) le 5 octobre

Daruma-san Daruma-san est une poupée rouge et ronde ; on la considère comme un talisman porte-bonheur associé aux temples et aux sanctuaires. Une légende dit qu'il porte bonheur car chaque fois que Bodhidharma tombe, il se relève.

Dans les régions où l'on cultive les vers à soie, on a pour coutume de peindre l'un des yeux sur la figurine de Daruma si les vers produisent plus de fils de soie au printemps et l'autre œil s'ils produisent plus de fils de soie à l'automne.

Bodhidharma, qui a inspiré la poupée Daruma, est l'un des patriarches enseignants du zen Sôtô. C'est le premier patriarche du zen en Chine, également connu sous le nom de Bodai Daruma Daishi.

A l'origine, la figurine rouge de Daruma, que l'on peut voir partout au Japon, a été modelée selon l'aspect de ce grand enseignant qui est resté assis face à un mur avec une grande détermination pendant neuf ans et qui vécut jusqu'à l'âge de 150 ans.

Bodhidharma mourut le 5 octobre et c'est la date à laquelle on commémore son décès. Le début de l'automne est l'époque des moissons au Japon et c'est aussi l'époque où l'on élève le ver à soie d'automne. Pour cette raison, cette cérémonie comprend non seulement notre sentiment de gratitude envers Bodhidharma, mais aussi une prière pour une bonne moisson l'année suivante. On fait également le vœu que les personnes qui assistent à la cérémonie jouissent d'une longue vie.