SOTOZEN-NET > Pratique > Food as Practice > La cuisine et le bouddhisme > Vol. 1: Okayu

Soto Zen Shojin-ryori Vol. 1: Okayu


La formation du tenzo

La personne en charge de la cuisine dans un temple zen s'appelle le tenzo. Dogen Zenji a considéré la prise des repas, indispensable à notre vie quotidienne, comme un acte extrêmement important. Dans Tenzokyokun (Instructions pour le cuisinier), il décrit la responsabilité et l'attitude nécessaire de ceux qui préparent les repas. Dans Fushukuhanpo (Procédures pour la prise de nourriture), il explique les manières et l'état d'esprit pour la prise des repas.

Un point important souligné tout au long de Tenzokyokun est que la préparation des repas est une activité précieuse du Bouddha et une voie importante d'apprentissage. Ce point est mentionné sous différents aspects de façon patiente et répétée.

Lors d'une pratique Zen en groupe, les participants se voient souvent attribuer des fonctions différentes telles que faire résonner les instruments ou préparer la salle de zazen. De nombreux participants débutants assument à contrecœur la tâche de préparer les repas. Ils affirment qu'ils n'ont pas rejoint le groupe pour cuisiner pour les autres et qu'ils veulent seulement pratiquer le zazen. Malheureusement, c'est la façon de penser de quelqu'un qui ne comprend pas les enseignements de Dogen Zenji.

La cuisine et le zazen ne sont pas deux choses distinctes. Il est nécessaire de découvrir que les deux ont une valeur égale en tant que formes importantes d'apprentissage. Bien sûr, il est difficile de parfaitement le comprendre. En outre, une cuisine peu soignée ne se souciant pas des autres n'est pas une forme d'apprentissage.

C'est pourquoi Dogen Zenji a mentionné à plusieurs reprises que la fonction de tenzo a été remplie par les grands praticiens du passé qui avaient les plus hautes aspirations. Il nous a avertis qu'exercer le travail de tenzo sans enthousiasme et sans compréhension de sa signification ne se traduira par rien d'autre qu'un dur labeur et une occasion manquée.

Dogen Zenji nous a également enseigné que le tenzo devrait personnellement se charger du travail dans la cuisine avec attention et ne jamais confier ce soin à d'autres. Abandonner ce travail à d'autres signifie la perte d'une occasion d'apprentissage. Éviter les travaux de tenzo dans un groupe de pratique du Zen signifie que vous allez perdre cette opportunité de comprendre la véritable intention de Dogen Zenji.

D'un point de vue plus large, cela s'applique non seulement à la cuisine, mais aussi au fait de bien plier les futons après le lever du matin, se laver le visage, se brosser les dents, utiliser les latrines ainsi que balayer l'enceinte du temple et aligner parfaitement les chaussures. Le Zazen ne se pratique pas uniquement sur un coussin de méditation. Il est important d'apprendre que toutes les activités quotidiennes font aussi partie du zen.

Le goût Zen du okayu (bouillie de riz)

Un aliment de base indispensable dans les temples Zen est l'okayu. L'okayu ramolli par l'ébullition est doux pour les voies digestives et facilite l'absorption des éléments nutritifs. Le riz cuit avec une grande quantité d'eau signifie qu'une plus petite quantité de riz peut être utilisée pour nourrir de nombreux moines en formation, et constitue donc également un choix économique.

Pour préparer l'okayu, lavez d'abord le riz dans une grande quantité d'eau, en changeant l'eau à plusieurs reprises jusqu'à ce qu'elle ne soit plus trouble. Ajoutez ensuite un peu de sel à un volume d'eau cinq à huit fois supérieur à celui du riz et laissez reposer pendant 15 minutes pour imbiber le riz. La quantité d'eau détermine l'épaisseur de l'okayu. Portez le riz à ébullition sur un feu vif puis baissez au réglage de température le plus bas avant de poursuivre la cuisson pendant environ 20 à 25 minutes. Eteignez ensuite le feu et laissez reposer à l'étuvée pendant environ 10 minutes. Ne remuez pas inutilement pour éviter d'écraser les grains de riz et de rendre l'okayu trop collant. Servez aussitôt après la cuisson afin d'éviter que le riz n'absorbe trop d'eau. Si vous ajoutez une garniture à l'okayu, mettez tous les ingrédients durs qui ont besoin d'être cuits tels que les racines alimentaires dans la casserole et laissez les cuire avec le riz depuis le début. Les ingrédients plus mous peuvent être ajoutés pendant l'étape à l'étuvée, ou au moment de servir.

Soto Zen Shojin Ryori