• messenger
  • Questions-Réponses
  • Nous contacter
  • Rechercher
Close

SOTOZEN-NET > Pratique > Zazen > Les manières dans le zendo

Les manières dans le zendo

Le zendo et le sodo

Le zendo et le sodoDans les monastères traditionnels, on trouve un bâtiment appelé sodo (le bâtiment des moines) dans lequel les pratiquants dorment, mangent et pratiquent zazen ensemble. Dans le sodo, il y a une plateforme d'environ 60 cm de hauteur appelée tan. Chaque personne a droit à l'espace d'un tatami (tapis en paille de riz) pour manger, dormir et s'asseoir. Le bodhisattva Manjushri, symbole de la sagesse, est enchâssé au centre du sodo.

Le zendo est un bâtiment réservé à la méditation. Dans ce sens, il est différent du sodo, cependant, les mêmes règles y sont en vigueur. Les règles dans le zendo peuvent différer légèrement selon les temples ou les monastères. Vous devez écouter et suivre les instructions données dans chaque temple ou monastère. Vous trouverez ci-dessous les bonnes manières de base concernant le zazen.

L'entrée dans le zendo

L'entrée dans le zendo

Vos mains doivent être en position de shashu ; avancez le pied gauche, du côté gauche de l'entrée. Quand vous quittez le zendo, sortez par le pied droit du même côté de l'entrée. Seul l'abbé du monastère peut entrer dans le sodo en passant par le centre de l'entrée.

Après être entré, inclinez-vous en gassho face à l'autel et dirigez-vous vers votre place. Pour montrer votre respect, vous devez éviter de passer devant la statue de Manjushri Bodhisattva. Faites plutôt le tour en passant derrière. Gardez vos mains en position shashu lorsque vous marchez.

L'arrivée à votre place

L'arrivée à votre place

Lorsque vous arrivez à votre place, inclinez-vous en gassho devant elle. C'est une salutation destinée aux personnes assises de chaque côté de vous et qui vont faire zazen avec vous. Les personnes assises près de vous s'inclinent également. C'est ce que l'on appelle rin'i-monjin. Ensuite, tournez sur vous-même par la droite en tournant le dos à votre place, et inclinez-vous à nouveau pour ceux qui sont assis de l'autre côté de la salle. On appelle cette salutation taiza-monjin.

Asseyez-vous sur votre zafu, tournez vers la droite et placez-vous face au mur. Dans le sodo, au bord de la plateforme (tan), il y a une partie en bois qui sert à poser les plats lors des repas (joen). Ne vous y asseyez pas et n'y posez pas vos pieds.

La cloche

On sonne la cloche pour signaler le début et la fin du zazen. Pour marquer le début du zazen, la cloche sonne trois fois (shijosho). Pour marquer le début de kinhin, la cloche sonne deux fois (kinhinsho). Et lorsque kinhin est fini, la cloche sonne une fois (chukaisho). La cloche sonne également une fois (hozensho) pour indiquer la fin du zazen.

La fin de la séance de zazen

Lorsque la cloche sonne deux fois pour signaler le kinhin ou une fois pour signaler la fin du zazen, relaxez votre corps comme expliqué ci-dessus et descendez du tan. Mettez-vous face à votre place et redonnez forme à votre zafu. Ensuite, inclinez-vous devant le zafu, tournez sur vous-même par la droite et inclinez-vous pour saluer les personnes des deux côtés de votre siège comme lorsque vous êtes arrivé.

S'il n'y a pas de kinhin, quittez votre place et dirigez-vous vers l'entrée de la salle, vos mains toujours en shashu. Inclinez-vous en gassho vers le bodhisattva Manjushri et quittez la salle. Sortez cette fois du pied droit. Lorsque vous faites kinhin, commencez tout de suite. Gardez une distance égale entre vous et les personnes devant et derrière vous. À la fin de kinhin, on sonne la cloche une fois. Arrêtez-vous et inclinez-vous en shashu. Puis marchez d'un pas normal en suivant la personne devant vous. Marchez ainsi jusqu'à retourner à votre place. À ce moment-là, vous pouvez aller aux toilettes si vous le désirez. La période de zazen suivante va bientôt commencer.

Le kyosaku

Le kyosaku est un bâton en bois avec lequel le jikido (le représentant humain du bodhisattva Manjushri), réveille les personnes qui s'endorment ou dont l'esprit est agité. Si vous voulez recevoir un coup de kyosaku, signalez-le en restant en gassho et attendez. Lorsque le jikido pose le bâton sur votre épaule droite, baissez votre tête vers la gauche, d'une part pour éviter d'être frappé sur l'oreille, mais aussi pour faciliter le coup sur les muscles de l'épaule. Gardez la position en gassho. Après avoir reçu un coup sur l'épaule, redressez votre tête et inclinez-vous. Le jikido s'incline également alors qu'il ou elle se tient derrière vous avec le bâton tenu à deux mains.

La position des mains

La position des mains Gassho: Mettez vos mains l'une contre l'autre. Vos bras sont  légèrement écartés de votre poitrine, vos coudes doivent être devant vous de façon à former une ligne parallèle au sol. Le bout de vos doigts doit être approximativement au niveau de votre nez. C'est une façon d'exprimer le respect, la foi et la dévotion. Le fait que les deux mains (dualité) soient jointes signifie « Esprit-un ».

La position des mains-2 Shashu: Enfermez le pouce gauche au centre de la paume gauche. Placez le poing devant votre poitrine. Couvrez-le avec la main droite. Gardez vos coudes loin du corps pour former une ligne droite avec vos avant-bras.

Se prosterner (gotai-tochi)

Se prosterner (gotai-tochi)

Tenez-vous droit et inclinez-vous en gassho à partir de la taille. Pliez ensuite vos genoux jusqu'à ce qu'ils touchent le sol. Inclinez-vous en avant depuis la taille, pour toucher le sol avec vos mains (paumes vers le haut), vos avant-bras et votre front.

Se prosterner (gotai-tochi)-2

Se prosterner (gotai-tochi)-3En gardant vos paumes au même niveau, soulevez-les à hauteur de vos oreilles et gardez cette position un moment. Ramenez vos mains en gassho, relevez-vous et inclinez-vous une fois comme vous l'avez fait au début. Se prosterner de cette façon trois fois est appelé sanpai. Nous faisons sanpai, par exemple, avant et après le chant de sutras. Cinq parties du corps (gotai) renvoie aux deux genoux, deux coudes et la tête. Et tochi signifie les porter au sol.